[Vidéo] DIY Sirop Hivernal aux plantes

Un sirop artisanal fait avec amour au bon gout miellé qui exerce une action à la fois apaisante et purifiante. Ici on l’utilise depuis des années avec beaucoup de succès des qu’un rhume, un mal de gorge ou une toux commence a s’installer. Il est parfait a partir de 8 ans soit a titre préventif ou curatif.

Sans plus attendre, je vous dévoile ma recette et surtout le procédé !

Posologie

préventif : 1 cuillère à soupe par jour adulte, 1 cuillère à café par jour enfant

curatif : 3 cuillères à soupe par jour adulte,  3 cuillères à café par jour enfant

Ingrédients pour environ 500 g de sirop

  • 20 g Mauve
  • 15 g Cynorrhodon
  • 10 g Hibiscus
  • 20 g Sureau
  • 5 g Cannelle
  • 2 a 3 Gousses de Vanille
  • 300 g Rhum
  • 1000 g d eau
  • 900 g Sucre
  • 100 g Miel

L intérêt des Plantes

La Mauve

Elle a des propriétés calmantes, adoucissantes et anti-inflammatoires : la mauve apaise les gorges irritées ou enflammées et calme la toux sèche. Elle améliore également certains troubles digestifs bénins (inflammations des muqueuses de l’estomac et de l’intestin) et prévient les infections urinaires chez les personnes à risque.

Elle est utilisée dans le traitement des troubles gastro-intestinaux (gastro-entérite, dysenterie, constipation, douleurs abdominales), de l’inflammation de la peau, des douleurs menstruelles, des troubles urologiques (diurétique), des problèmes respiratoires (toux, laryngite, asthme) et des infections de la bouche (toux, maux de dents, aphte, abcès).

Le Cynorrhodon

Il renforce les défenses immunitaires. Il est très riche en vitamine C, 20 fois plus que l’orange. Il agit comme un stimulant : le cynorrhodon est tonique et renforce les défenses immunitaires : on l’utilise en cas de fièvre, en prévention de la grippe et des refroidissements. Il se comporte comme un fortifiantes au cours des maladies infectieuses et des convalescences  et un anti-asthéniques (contre la fatigue). Il est  utilisé pour lutter contre les diarrhées de part ses propriétés diurétiques, anti-diarrhéiques, et astringentes . On l  emploie également comme cicatrisant dans le traitements des aphtes, des plaies fongueuses et l’inflammation des paupières.

L’hibiscus

L’hibiscus soigne les refroidissements et les inflammations des voies respiratoires supérieures. Il permet de traiter les infections urinaires et les douleurs menstruelles. Il agit contre l’hypertension, le cholestérol, la fièvre et les douleurs d’estomac. Il est antibactérien, anti-inflammatoire et antalgique. C’est un cholagogue, un diurétique et un relaxant des muscles utérins. Il est également hypotenseur, spasmolytique et hypocholestérolémiant.

L’hibiscus permet de soigner les eczémas suintants, les allergies, les dermatoses. On l’utilise alors en cataplasme.

Le sureau

C’est globalement, une plante profitable permettant de renforcer le système immunitaire. Les baies de sureau sont gorgées d’anthocyanines, offrant ainsi un pouvoir antioxydant, antiradicalaire et antiangiogénique. De nombreuses recherches sur le sureau ont été menées depuis plusieurs siècles. Approuvées par l’OMS, l’EMA et la Commission E, ces études ont révélé des effets positifs sur le rhume et l’ inflammation des voies respiratoires. D’autres tests ont montré des résultats favorables permettant de soigner la sinusite ainsi que la grippe. Le sureau est indiqué contre les problèmes de surpoids : ses propriétés dépuratives permettent de nettoyer et purifier l’organisme en le forçant à éliminer ses toxines. Ses vertus médicinales sont également utilisées contre les rhumatismes, l’arthrite et l’arthrose, pour soulager les douleurs articulaires.

Sources

Gérard Debuigne et François Couplan. Petit Larousse des plantes qui guérissent. Éditions Larousse 2006.Paul Schauenberg, Ferdinand Paris. Guide des plantes médicinales. Éditions Delachaux et Niestlé 2010.Mélinda Wilson. Fleurs comestibles du jardin à la table. Éditions Fides 2008.Collectif, Encyclopédie des plantes médicinales. Éditions Larousse.Encyclopédie Universalis , Doctissimo, Codex, Passeportsantenet

10 réflexions au sujet de « [Vidéo] DIY Sirop Hivernal aux plantes »

  1. Anne

    Bonjour Caly,
    Je m’apprête à faire ton sirop et je m’ apperçois que dans la liste des ingrédients tu mets 10 gr de mauve et dans la vidéo, tu mentionnes 20 gr de mauve ! Quelle est la bonne quantité ?
    Et puis, je voulais savoir, quand tu à rajouté le sucre dans le sirop si tu laisse l’ébullition pendant 10 mn aussi, ou tu arrête le feu dès que l’ébullition se fait ?
    Merci pour tes réponses.
    Anne

    Répondre
    1. Caly Auteur de l’article

      Bonjour Anne
      Alors je te souhaite de bien siroter 😉
      C’est les proportions de la vidéo a prendre en compte, j’édite la coquille dans mon texte !
      Et sinon une fois le sucre incorporé j’attends que ça monte a ébullition, je patiente 5 minutes environ et je coupe le feu.
      Ensuite j’ajoute le miel.

      Répondre
  2. Bibie Chérie

    Bonjour Caly,
    Merci pour cette vidéo.
    Peux tu nous mettre les propriétés de chaques plantes utilisées sil te plait?
    Peut-on utiliser ce sirop si on est enceinte?
    Et dernière question : pourquoi mets tu de l’alcool si tu le fais chauffer après pour qu’il s’évapore? Tu pourrais faire macérer les plantes dans l’eau directement non?
    Merci pour tes reponses

    Répondre
    1. Caly Auteur de l’article

      Bonjour Bibie Chérie
      Par mesure de précaution je déconseille toute médication classique ou remède fait maison aux femmes enceintes ! Du coup pas de sirop non plus, hélas…
      L’alcool permet d’extraire plus de principes actifs comme je le mentionne dans le tuto et d’avoir un sirop beaucoup plus efficace qu’avec une infusion ou une décoction.
      C’est exactement la meme chose que pour les extractions cosmétiques 😀 Et tu trouveras tout plein d’infos sur le site
      Par ailleurs je ne procède pas au feeling ou en fonction de mes envies ;)… Ma formulation est testée et rodée depuis des années et très inspirée du Codex pharmaceutique.
      Concernant les plantes, j’ai édité l’article pour apporter quelques précisions, ceci étant en recherchant un peu sur google, tu trouves beaucoup d’indications !

      Répondre
  3. Sabine

    Bonjour Caly, je voulais savoir, laisses-tu refroidir le sirop avant de mettre en bouteille?
    Tes bouteilles une fois stérilisées, tu attends qu’elles soient sèches à l’intérieur avant d’y verser le sirop?
    Merci beaucoup d’avance.

    Répondre
    1. Caly Auteur de l’article

      Coucou Sabine
      J attends que mes bouteilles soient bien sèches en effet.
      Je coule le sirop des que j’ai terminé sa confection du coup il est encore chaud. Et tout s’enchaîne très bien (mes bouteilles sont prêtes, toutes sèches; au moment ou je dois embouteiller)

      Répondre
  4. Sylvia

    Bonjour Caly,
    Est-il possible de supprimer le sucre et de mettre plus de miel?
    Bonne journée, Sylvia.

    Répondre
    1. Caly Auteur de l’article

      Sylvia on peut augmenter la proportion de miel si on le souhaite jusqu a 40% environ (pour réduire celle du sucre) mais il faudra tout de meme utiliser du sucre.

      Répondre
  5. violette

    Coucou Caly j’aime beaucoup ta technique, elle me parait plus simple que celles que j’ai pu voir ou lire ^_^ ton sirop est encore très chaud quand tu ajoutes le miel ?
    est ce qu’on sent encore le gout du rhum ?

    Répondre
    1. Caly Auteur de l’article

      Merci Violette
      Contente que cela te plaise !
      C est simple a réaliser… non tu ne sens pas l’alcool puisqu’il est évaporé.
      Tout est indiqué/montré dans la vidéo le miel s’ajoute dans le sirop chaud mais feu éteint.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.