Les Macérats Huileux : guide et mode d’emploi !

Focus sur les Macérats Huileux 

 

Je les apprécie tout particulierement, et j’en fais à toutes les sauces, aussi je voulais y consacrer un article.

Un macérat home made est plus économique et souvent meilleur puisque vous pouvez le réaliser en y incorporant exactement les actifs végétaux et les huiles que vous avez choisis. Les macérats huileux sont des extraits végétaux dont les solvants sont uniquement composés d’huile. Le support utilisé est une huile végétale.

Les macérats huileux sont préparés depuis l’antiquité. Ils sont utilisés aussi bien en usage externe qu’en alimentaire. Un des plus connus et des plus anciens est l’huile de Millepertuis dont on retrouve la trace chez les Romains : au moment de sa récolte, le Millepertuis, aussi appelé l’Herbe de la Saint-Jean, parce que venant à maturation au moment du solstice d’été, est mis à macérer dans de l’huile d’Olive vierge.

Un macérat est donc une opération consistant à faire passer les ingrédients actifs liposolubles d’un extrait végétal sur un support huileux.

Cette définition pose en elle-même le problème essentiel des macérats : si l’on souhaite se concentrer sur l’extraction de l’ingrédient actif le support n’a aucune importance. On se retrouve dans la configuration aujourd’hui courante avec un actif noyé dans un excipient. De nombreux macérats sont préparés sur une base olive, tournesol, qui suit un raisonnement essentiellement économique comme les macérats que l’on peut acheter dans le commerce. Je préfère optimiser l’ingrédient actif en choisissant un support adéquat.

Dans ce cas, l’objectif peut être :

  • d’améliorer le process de macération (telle huile se prétant mieux à telle « extraction »),
  • de faciliter l’application du produit sur la peau
  • de rechercher une synergie entre l’action de l’ingrédient et de son support.

J’aime aussi faire macérer plusieurs plantes dans un mélange de plusieurs huiles végétalesCela constitue alors une véritable potion magique bourée pour d’actifs qui devient ainsi une excellente base pour mes tambouilles.  On peut donc prendre l’huile végétale ou un mélange d’huiles de son choix tant qu’il s’agit d’un support stable qui n’est pas sensible a l’oxydation.

Préparer ses propres macérâts huileux : techniques et réalisation

Il existe deux procédés de macération: la macération à chaud et la macération à froid. La macération à froid est un procédé qui demande une plus longue période de macérationLa macération a chaud dure de 2 à 4 heures. Il est possible de cumuler les deux méthodes afin d’extraire le plus d’actifs possible.

Vous pouvez choisir de faire macérer des plantes fraîches (tout juste cueillies pour préserver les principes actifs) ou séchées. Attention toutefois lorsque les plantes sont fraîches, le macérat est plus délicat et fragile, il est préférable d’opter pour une macération a chaud qui diminuera les risques de fermentation. La quantité de plante dépend de la taille du récipient mais aussi du type de plante utilisé. Elle varie entre 100 et 300 g pour 1 litre d’huile. L’extrait de plante doit généralement représenter 10% du poids total du macérât.

La macération a froid

plus particulierement indiquée pour fleurs, feuilles, racines ou fruits

  • Remplir un contenant en verre stérile avec les plantes jusqu’à la moitié.
  • Recouvrer d’huiles végétales les plantes.
  • Fermer et conserver le a l’abris de la lumiere***.

***certains préférent exposer en plein soleil, il y a la un désaccord, moi j’opte pour l’obscurité.

  • Laissez reposer entre 4 et 6 semaines en secouant de temps en temps le pot.
  • Filtrer ensuite le macérat en le transvasant dans un récipient stérile. Il est important de bien presser les plantes pour en extraire toute l’huile.
  • Vous pouvez y ajouter de la vitamine E pour éviter le rancissement de l’huile.

La macération a chaud que je nomme la Méthode Booster

plus particulierement indiquée pour les parties dures des plantes tels que les racines, lorsque l’on souhaite procéder rapidement. Je vous recommande d’utiliser de l’huile de coco fractionnée particulierement stable

  • Remplir un contenant en verre stérile avec les plantes jusqu’à la moitié.
  • Recouvrer d’huiles végétales les plantes.
  • Placer au bain marie à petit feu, et veiller a ce que le niveau de l’eau soit à 4 cm environ du couvercle de votre contenant.
  • Laisser mijoter pendant environ 2 heures
  • Puis retirer le bain marie du feu et le laisser reposer pendant encore une heure dans l’eau chaude.
  • Filtrer ensuite le macérat en le transvasant dans un récipient stérile. Il est important de bien presser les plantes pour en extraire toute l’huile.
  • Vous pouvez y ajouter de la vitamine E pour éviter le rancissement de l’huile.

Quelques macérats et leurs propriétés

 

Macérât huileux de BELLIS

Macérât de fleurs de pâquerettes dans un mélange d’huiles végétales, cette huile est réputée depuis la Renaissance pour son action sur la tonicité des vaisseaux sanguins et pour ses vertus raffermissantes. Elle s’utilise le plus souvent comme tenseur du buste

Macérât huileux de CALENDULA

Traditionnellement recommandée pour les peaux sensibles, rugueuses et couperosées, l’huile de Calendula obtenue par macération de fleurs de Souci des Jardins est parfaite pour traiter les problèmes cutanés comme les irritations, les brûlures, les crevasses , les mains gercées, les coups de soleil,… Elle est antiseptique, cicatrisante, reconstituante et anti-inflammatoire.

Macérât huileux de CAROTTE

L’huile de Carotte, très riche en vitamine A, favorise le bronzage et le hâle de la peau. Elle est aussi conseillée comme après-soleil pour favoriser la régénérescence de l’épiderme, assouplir la peau et conserver un joli hâle uniforme.

Macérât huileux de FIGUIER DE BARBARIE

Connue pour ses propriétés anti-âge et protectrices, cette huile, issue de la macération de cactus dans une base huileuse végétale, s’utilise en guise de crème de jour pour prévenir le vieillissement cutané et la déshydratation.

Macérât huileux de GARDENIA

Réputé comme circulatoire et drainant, cet extrait huileux est réputé pour favoriser l’élimination de la cellulite et des amas graisseux.
Il s’emploie en massage en synergie avec des huiles essentielles comme le cèdre ou le fenouil

Macérât huileux de LYS

Reconnu pour ses propriétés éclaircissantes, protectrices et apaisantes, ce macérât est très employé pour le soin des peaux fragiles.
Il est connu pour atténuer les tâches cutanés (tâches de rousseur, naissance, vieillesse,…) et éviterait l’apparition des tâches brunes.

Macérât huileux de MILLEPERTUIS

Anti-inflammatoire, analgésique et cicatrisante, l’huile de Millepertuis est idéale pour cicatriser les plaies et les brûlures légères, ainsi qu’en massage pour les douleurs du dos et les névralgies.

Cette huile est également connue pour calmer les nerfs et tempérer les baisses de moral et les troubles de l’humeur.

Macérât huileux de VANILLE

Cette huile, issue de la macération de gousses de Vanille dans un milieux huileux, possède un arôme caractéristique suave et caramélé, très léger, qui lui vaut son contenu émotionnel et sa réputation d’aphrodisiaque.
Hydratante et nourrissante, elle s’emploie à merveille comme support de massage.

Macérât huileux de TIARE

le Monoï de Tahiti est connu pour ses vertus cosmétiques : il nourrit très efficacement la peau et possède un effet raffermissant et lissant sur les tissus cutanés. Appliqué sur les cheveux, le Monoï rend les cheveux plus forts, brillants et faciles à coiffer.
Ce monoï traditionnel 100% pur n’est pas parfumé. Le Monoï peut se figer à température ambiante. Passez alors votre flacon sous un filet d’eau chaude.

Ou encore

 

  • Macérât de Lys blancs (fleurs)
  • Macérât d’Arnica (fleurs)
  • Macérât de Camomille (fleurs)
  • Macérât de Rose (fleurs)
  • Macérât de Violettes (fleurs)
  • Macérât d‘Iris (fleurs)
  • Macérât de Jasmin (fleurs)
  • Macérât de Laurier (feuilles)
  • Macérât de Romarin (feuilles)
  • Macérât de Basilic (feuilles)
  • Macérât de Menthe (feuilles)
  • Macérât de thé vert (feuilles)

Et bien d’autres macérats existent ! Laisser libre cours a votre inventivité pour en réaliser de nouveaux au gres de vos envies et de vos besoins.

J’espere vous avoir convaincue de l’intérêt de réaliser ses propres macérâts huileux !

 

 

169 thoughts on “Les Macérats Huileux : guide et mode d’emploi !

  1. aurelia

    Bonjour, Caly, Je débute dans les macérats, j’ai à disposition plein de fleurs de chèvrefeuille et j’aimerais bien en garder et en utiliser l’odeur dans les cosmétiques ; mais comment l' »emprisonner » ? Dans une macérat huileux, est-ce que ça irait ? Je ne vois que des idées de macérat glycérine sur le net, je n’ai pas de glycérine à disposition. Et, question actifs, est-ce que cette fleur a in intérêt en cosmétique, autre que son odeur ? Merci beaucoup

    Reply
    1. Caly Post author

      Aurelia bienvenue
      Non le seul moyen de preserver l’odeur est de réaliser une macération glycérinée ou hydro alcoolique
      Tu as tous les détails sont ici
      Tu trouves facilement la glycérine sur AromaZone.com
      En cosmetique il est surtout connu pour ses propriétés astreingentes, tonifiante, et adoucissante.

      Reply
      1. aurelia

        Merci pour ta réponse, c’est facile à faire, ok, mais j’ai encore une question : utilise-t-on des fleurs séchées ou fraîches ? Merci

        Reply
          1. aurelia

            Bonjour, Caly, Désolée, j’ai eu beau lire et relire l’article, lire une partie des commentaires, relire l’article, quand il s’agit du macérat glycériné je ne trouve pas l’information : fleures séchées ou fraîches? Il y a cette info pour les teintures, mais en tant que débutante j’ai du mal à comprendre si les règles des teintures s’appliquent aussi aux macérats glycérines. Je te prie de m’aider. Merci

          2. aurelia

            Super, j’avais peur que les fleurs que j’avais fait sécher étaient « mortes » pour rien. Merci

  2. Marie

    Bonjour je voudrais réaliser un macérât huileux de vanille. Quel méthode puis je utiliser ? Merci

    Reply
    1. Caly Post author

      Marie je crois que c est assez détaillé dans l article avec différentes méthodes Mais sinon tu peux aussi regarder ici

      Reply
  3. Léa

    Bonjour ! 🙂

    J’aimerais faire un macérat de pâquerettes, et j’apprécie beaucoup l’huile de coco que j’utilise très souvent. Est-il possible de combiner les deux? Si oui, la méthode « à chaud » est-elle davantage préconisée?
    (Je débute, ce sera mon tout premier macérat ! Merci pour cet article :))

    Reply
    1. Caly Post author

      Bonjour Léa
      Sois la bienvenue ici 😀 Oui tu peux tout a fait et je te conseille en effet la méthode a chaud. Bonne macération

      Reply
  4. Sandy

    Bonjour Caly.
    Dans le sud nous avons les genêts en fleurs actuellement. Penses tu qu’en puisse s’utiliser en macerat ou hydrolat ? Ça a un parfum divin mais certain en parle comme d’une plante toxique. Merci et belle journée

    Reply
    1. Caly Post author

      Bonjour Sandy en effet cette plante est toxique et ne doit pas etre utilisée en cosmétique 🙂

      Reply
  5. Iwen

    nous avons des crocus (mais pas le safran) dans le jardin. J’aimerais savoir si en faire un macérat n’est pas dangereux , et quels en seraient ses propriétés svp . Quelqu’un a-t-il essayé? merci d’avance

    Reply
  6. mushu

    Bonjour,
    J’aimerai avoir vos conseils pour le macérât d’ail me conseillez vous la méthode booster où la méthode à froid?

    Reply
  7. DeeOre

    Encore une autre question concernant les préservants ( hic). Je vois qu’on utilise beaucoup la vitamine E… quelque chose que je ne pourrais pas trouver facilement par ici. Quelle serait une autre alternative? j’ai lu quelques articles sur l’HE de clous de girofle. Est ce que cela peut être une alternative?

    Merci!

    Reply
      1. DeeOre

        Merci pour toutes ces réponses rapides Caly! C’est clair … Je peux maintenant me mettre au travail! Merci beaucoup! et encore merci pour ce blog qui est une mine d’information pour une débutante névrosée comme moi! 😉

        Reply
  8. DeeOre

    Bonjour,

    Super article! j’habite dans un pays tropical, et le potentiel pour le macérât est immense…notamment pour certaines plantes utilisées traditionnellement. De manière générale, tous les macérâts se fond à l’huile de coco ( qui est ici l’huile la moins chère) … est ce qu’il y aurait d’autres alternatives possibles. Je pensais notamment à des huiles que l’on peut produire localement comme l’huile de ricin ou l’huile de papaye ? Toutes les autres types d’huile ( tiurnesol, oilive, pépins de raisins) sont disponibles sur la marché, assez chères parce que importées et non bio.
    Ma deuxième question concerne les plantes vertes… quelle huile est recommandée pour ce type de mâcérat?

    Reply
    1. Caly Post author

      Deeore comme dit dans l’article on peut prendre l’huile végétale ou un mélange de son choix tant qu’il s’agit d’un support stable qui n’est pas sensible a l’oxydation.
      Il n’y pas de recommandations particulière en fonction du type de plante.

      Reply
  9. Mezarie

    Bonjour Caly et merci pour toutes ses super recettes et infos que je consulte et met en pratique depuis plusieurs années.
    Je suis en train de faire un macérât de roses fraîches (j’ai opté pour la booster) et je voulais savoir s’il était possible de le faire plusieurs fois (2 ou 3) avec la meme huile pour avoir un maximum d’actifs.
    Si oui on le fait le jour même ou ont laisse reposer entre chaque.
    Merci d’avance pour ta réponse

    Reply
    1. Caly Post author

      Mezari oui tout a fait 😉 tu concentreras davantage d’actifs en effet. Je te conseille de faire reposer entre chaque étape.

      Reply
      1. Mezarie

        merci pour ta réponse mais je l’ai déjà rajouté de la vitamine E c’est embêtant si je fait chauffer a nouveau ?

        Reply
  10. Bérangère

    Bonjour Caly, merci beaucoup de nous faire partager ton savoir.
    Je vais me lancer à mon tour, avec des pepins de framboises (après récolte en forêt, fabrication de gelées de framboises et récupération des pepins).
    Quelle(s) huiles végétales me conseilles-tu?
    Je possède:HV de Calendula, Andiroba et Abricot.
    Et de la vitamine E au final.
    Merci beaucoup et bon été.

    Reply
    1. Caly Post author

      Bérangere avec plaisir 😀 Je te conseille de prendre l’hv de calendula.

      Reply
  11. Nelly

    Bonjour,
    Tout d’abord, j’adore votre site qui m’aide beaucoup dans ma découverte des produits maison !
    J’aimerai faire un macérât de fleurs de frangipanier. Dans quoi faut-il les mettre ? Faut-il les prendre fraîches ou sèches ?
    Par avance, merci de votre aide.

    Reply
    1. Caly Post author

      Bonjour Nelly tu peux prendre de façon indifférente l’un ou l’autre c’est a dire des fraiches ou des seches 😀 Attention si les plantes sont fraiches a éviter la fermentation. Tu as tous les détails dans l’article.

      Reply
  12. Tala

    Bonjour !

    Merci de votre site. Que peut on ajouter (des fleurs de lavande ou de l’huile essentielle ?) pour donner une meilleure odeur à une huile de millepertuis réalisée (macérât olive) ?

    Bien à vous,

    Tala

    Reply
    1. Caly Post author

      Tala tout dépend de ce que l’on préfère, on peut aussi intégrer une fragrance cosmétique naturelle 🙂 En cas d’utilisation d’huile essentielle, il faut s’assurer de bien la tolérer au préalable évidemment 😉

      Reply
  13. May

    Bonjour

    Je souhaiterais faire un macérât avec des écorces d’orange fraichement pelées en utilisant la méthode Booster. Pensez-vous que l’huile d’olive permettrait de récupérer le maximum de principes actifs en plus de l’odeur? cette dernière m’intéresse particulièrement pour parfumer mes savons ( saponification à chaud) sans utiliser d’huiles Essentielles trop chères.

    Merci d’Avance

    May

    Reply
  14. BRUNAUD

    Bonjour, superbe article qui m’a bien éclairer! cependant je voulais savoir si je pouvoir faire un macérat huileux avec pétales de pivoines? Quel huile le plus conseillée avec et surtout, ses vertus? merci bcp.

    Reply
    1. Caly Post author

      Brunaud des précisions concernant les huiles à utiliser sont dispos au sein dans l’article. Par définition on peut faire macérer n’importe quelle type de fleur ou plante. Pour connaitre les propriétés d’une plante ou d’une autre, et voir si c’est intéressant de lancer une macération, il suffit de faire une recherche sur google 😉
      La pivoine est un bon anti-inflammatoire qui a donc des propriétés apaisantes mais attention, uniquement les racines de la fleurs sont intéressantes ! De ce fait quand on doit extraire les principes actifs d’une racine, on procede a une teinture alcoolique et non pas un macération huileuse.

      Reply
  15. Christine Carpentier

    Petite question ! J’ai des lys blancs de la Madone qui poussent dans mes plates bandes. On récupère que les pétales ou toute la fleur ? Et quand on veut les faire macérer, on les mets secs, demi secs ou frais ??? Désolée pour mes questions qui peuvent paraître un peu « simplettes » mais j’ai pas vraiment envie de foirer mon coup ! Bon j’ai pas lu tous vos coms, y’ en a trop !!! Merci pour ta réponse (et ta patience !).

    Reply
    1. Caly Post author

      Christine on utilise les pétales 😉 Je réponds a la question des plantes fraîches ou non dans l’article même.

      Reply
      1. Christine Carpentier

        Ok, merci. Mais bon, moi je pensais que le lys il aurait eu droit à un traitement spécial… C’était l’emblème des rois quand même ! mdr

        Reply
  16. Frédérique BRUNAUD

    Bonjour, peut on se servir du macerat de laurier ou de citron en cuisine svp? merci.Fred

    Reply
  17. HAMDI

    bonjour , je suis intéressé par l’huile de figue de barbarie , comment peut préparer et les duré nécessaire ?

    Reply
    1. Caly Post author

      Bonjour Hamdi, c’est le meme process que une macération de carotte. La réponse se trouve déjà dans les commentaires cf la question d’Alludo.

      Reply
      1. HAMDI

        bonjour caly,merci pour la réponse mais je ne sais pas la période de séchage les grains des pépins de figues de barbaries est il possible de me conseillé sur la période ?

        Reply
        1. Caly Post author

          Hamdi si tu veux secher tes grains préalablement tout dépend de la méthode que tu emploies pour le faire 🙂 Mais on le voit facilement à l’œil quand ils sont prêts 😉

          Reply
  18. Jeanne

    Salut coucou j’adore tes recettes et j’aimerai faire le macerat huileux de rose sèche au bain-marie est-il possible? Merci de ta reaction

    Reply
  19. marine22

    bonjour j’aurai voulu savoir comment je peux réaliser un macérât de crocus et d’iris =)

    Reply
    1. Caly Post author

      Marine 22 je ne comprends trop la question, tout est expliqué dans l’article 🙂

      Reply
  20. Pingback: Faire son macérât huileux | Peut-on vraiment tout faire soi-même ?

  21. Agathe

    Bonjour Caly êt merci pour tout ce que tu nous donnes!!
    Une petite question, j ai beaucoup de menthe séchée êt j’ai vu que tu disais qu’on pouvait en faire des macérats . Quelles sont les propriétés d’un tel macérât?
    Merci de ta réponse se (êt de ta patience)
    Agathe

    Reply
    1. Caly Post author

      Agathe le macérat retrouve les memes propriétés que la plante utilisé tout simplement 🙂 Elle soulage les douleurs musculaires, les rhumatismes, les entorses et les névralgies. Elle prépare et détend le sportif avant et après l’effort notamment.
      Et ce macérat possède une odeur vraiment divine (quand on apprécie le parfum de la menthe bien entendu) !

      Reply
  22. Manzelle

    Bonjour Caly
    J aimerais savoir si ont pouvait mettre la vitamine e avant ou après. Ou éventuellement le mettre 5 jours après la réalisation car je n avais pas de vitamine e.
    Merci

    Reply
    1. Caly Post author

      De préférence avant mais il n’est jamais trop tard pour bien faire Manzelle 😉

      Reply
  23. Pingback: Luce Mallet (lucemallet) | Pearltrees

  24. Pingback: Aliments et santé | Pearltrees

  25. Pingback: TECHNIQUES | Pearltrees

  26. Macha

    Bonjour Caly,

    Alors ça y est je me suis lancée 🙂 Et j’ai beau avoir théoriquement appris énormément ces 6 derniers mois sur les differents blogs et site de home-made, la pratique est TOUT autre ^^

    Hier j’ai réalisé mon premier mâcérat de calendula, N’ayant pas les proportions pour chaque plantes et vu le volume de cette plante j’ai mis 10% au départ. Mais en faisant ta méthode booster je me suis rendue compte que l’huile ne couvrait pas du tout les plante j’ai du donc rajouter de l’huile jusqu’à n’avoir plus que 5% de plante (bon jusque la rien de trop grave je pense que c’est juste pour le calendula qui est tres tres volumineux ).

    La ou je pense avoir fait une bourde , c’est que je l’ai mis à feux doux dans un poelon et non au bain-marie. Ensuite en pot.

    Penses-tu que je doive le recommencer ou puis je m’en servir tout de même ? ( la base étant 1/4 de caprylis et 3/4 de tournesol et je souhaitais m’en servir dans un liniment pour mon amie qui a accouché hier )

    Sinon pour un autre mâcerat que j’ai realiser sur une base de 50/50 caprylis / huile de macadamia, j’ai passé au moulin à café 25gr de fèves de tonka pour 100Gr d’huile au total que j’ai juste mis en pot.

    Ma question est pourrais je faire la méthode booster avec celui-ci aussi ? (même après l’avoir mis en pot depuis hier)

    et ensuite le remettre en pot jusqu’a ce que je m’en serve ?

    Merci d’avance 🙂

    Reply
    1. Macha

      ps: juste une petite précision qui peut être utile pour la réponse du macérât de calendula: quand je me suis rendue compte qu’il aurait fallu le mettre au bain marie j’ai pris la température et il était au moins a 130 ° après quoi la dernière 1/2h je l’ai mis sur une plaque à mijoter donc plus en contact avec la flamme.

      Reply
    2. Caly Post author

      Macha oui je te confirme c’est le pot contenant ta préparation qu’il faut mettre au bain marie 🙂
      Cela passera pour le liniment mais je te conseille d’en refaire en suivant la bonne méthode.

      Reply
      1. Macha

        ok Merci Caly j’ai fait le liniment comme tu me l’as dit et recommencé une préparation que j’ai mis en pot et au bain marie pendant 2h.

        Au minimum et avec une plaque en fonte entre le poêlon et la flamme la température de l’eau est tout de même montée à 80° ( je n’ai pas pris la température a l’intérieur du pot car les fleurs avaient deja quasi tout absorbé j’espere que ça ira )

        J’imagine que l’on peut faire plusieurs boosts en même temps avec cette méthode et sais tu jusqu’a quelle température maximum on peut aller ?

        Reply
        1. Caly Post author

          Macha c’est trop fort comme température… il faut etre aux alentours de 45°.

          Reply
  27. Pingback: Soins et cosmétiques | Pearltrees

  28. Ravet

    Bonjour! Je vous remercie pour ces précieuses informations à propos des macérats d’huile!
    J’ai rencontré une personne qui m’a parlé de « digestion » d’huile , cela serait différent de la macération. Pourriez-vous m’éclairer sur ce sujet? Merci beaucoup!
    Françoise

    Reply
  29. Judith

    Bonjour,
    J’utilise déjà l’huile de jojoba pour fabriquer une lotion nettoyante pour les fesses de bébé. Pourrais-je me servir de cette huile pour fabriquer un macérat de calendula?
    Merci!

    Reply
  30. Prisca

    Encore une petite question. J’ai relu et je voit que c’est de la vitamine E en liquide. En trouve t-on en pharmacie?
    Merci encore pour tes conseils !

    Reply
  31. Prisca

    Non non ! Pas dans ce sens la ! Lol
    Sous quel forme peut on trouver la vitamine E pour l’incorporation au macérât?

    Reply
  32. Prisca

    C encore moi ! J’ai bien lu votre article, les commentaires et vos réponses, et il me semble que le macérât à chaud est le plus efficace, car il y a beaucoup moins voir zéro risques que cela fermente?

    Merci d’avance !

    Reply
    1. Caly Post author

      Il n ‘y a risque de fermentation que lorsque l’on déshydrate mal avant de faire macérer, et c’est rarement le cas a part pour le macérat de carotte…

      Reply
    1. Caly Post author

      Je ne saisis pas la question 😉 Il suffit d’ouvrir le flacon et de l’incorporer 😀

      Reply
  33. Clémence

    Oui c »est pour ça que j’avais un doute je préférais demander 🙂
    Même si je prends le temps de le faire sécher (ce que je suis en train de faire) ?
    Sinon je m’en servirai comme gommage.
    Merci pour les indications !

    Reply
  34. Clémence

    Bonjour Caly ! Merci pour cet article qui va bien me servir et qui me donne envie de m’y mettre !
    Voila je récupère les capsules de café apres utilisation et je voulais me faire un macérât huileux avec mais je viens de lire sur AromaZone que la caféine est insoluble dans l’huile… Est-ce vrai ? Aurai tu un site qui relate les différents actifs et leur solubilité ? Merci beaucoup !

    Reply
    1. Caly Post author

      Clémence attention a bien prendre le temps d’analyser les infos…
      Sur AZ c’est la caféine concentrée sous forme de poudre qui est hydrosoluble. Ce n’est pas ce que tu comptes utiliser toi 😉
      Ensuite tu ne peux pas utiliser des capsules qui ont été traversée par l’eau pour placer leurs contenus dans de l’huile. Tu aurais des micro gouttelettes d’eau dans le macérat.
      Il faut utiliser une matière première fraiche pour un macérat qualitatif et sans trace d’eau.
      Non il n’y a pas de tels site qui existent… Il faut rechercher en fonction de chaque matière première et de ces principes actifs dans quoi ils sont solubles.
      Je donne toutefois des indications ici http://www.calybeauty.com/post/recette-teinture-mere-extrait-glycerine-extrait-hydro-alcoolique.aspx

      Reply
  35. drey

    bonjour cal y!

    Es-ce que je peux utiliser de l’huile de pépin de raisin pour faire un macérât a froid de busserole? Comme l’huile est sensible a l’oxydation es-ce qu’il y a des précautions a prendre?

    Reply
  36. oizelle

    …euh merci ! je mets
    10 grammes de graines de persil fraîches
    30 grammes d’eau de source
    30 grammes d’eau de vie
    30 grammes de glycérine
    15 gouttes de conservateur cosgard
    oui Caly, je fonce !!!

    Reply
  37. oizelle

    Bonjour, je viens de tailler le persil qui était monté en graines; j’ai recueilli les graines et compte en faire un macérât huileux (huile de tournesol) à chaud dans la yaourtière…mais comme il me reste encore beaucoup de graines; je me demande si je peux en faire un hydrolat ? et/ou un HAG ? merci pour la réponse.

    Reply
  38. framboise

    bonjour

    merci pour toutes ces informations,
    mais je me pose la question, peut on faire sans soucis des macerations de fleurs sechées type soucis, lys?

    merci de vos conseils avant que je me lance

    framboise

    Reply
  39. Monique

    Merci Caly pour votre réponse. Je m'en doutais un peu… Bon, plus qu'à recommencer. Comme on dit c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

    Monique

    Reply
  40. caly

    [i][b]Monique il faut le jeter !!! C'est un signe de fermentation.
    Pour les carottes, il faut les désydrater ou moins les faire sécher au four avant macération /i][/b]

    Reply
  41. Monique

    Bonjour,
    J'ai lancé un macérât de carotte il y a 3 semaines et je viens d'ouvrir mon bocal. Oh stuppeur : dès l'ouverture du pot, l'huile s'est mise à mousser et à déborder… Comme une bouteille de coca que l'on aurait secouée !!!! Est ce normal ? Puis je m'en servir ?
    Ma procédure : j'ai coupé les carottes bio en rondelle après les avoir lavées et non épluchées. Je les ai fait séchées quelques heures à l'air libre puis en pot avec mon huile et j'ai secoué le pot tous les jours.
    Merci pour votre réponse et bravo pour votre blog.
    Monique

    Reply
  42. josia

    existe-t-il un macérât pour les problèmes de dermite séborreique visage (aile du nez) et du cuir chevelu
    comment procéder pour un resultat positif et définitif
    merci pour vos réponses

    Reply
    1. Joumana

      Bonjour, essayez l’huile de nigelle ou de baie de laurier , faites toujours un test préalable dans le pli du coude ou derriere l’oreille par exemple 🙂

      Reply
  43. Geoff

    Bonjour,
    Merci pour tous ces articles vraiment précis! J'aurias voulu savoir s'il existait une huile particulière optimisant l'extraction de la carotte? 😉

    Geoff

    Reply
  44. caly

    [i][b]Alludo en effet on récupère aussi la couleur de certains végétaux, l'huile de roucou donne un bel rouge orangé par exemple Ceci étant c'est au cas par cas, cela dépend si les molécules sont liposolubles ou non.[/i][/b]

    Reply
  45. ALLUDO

    Merci pour vos articles clair et détaillés. Puis-je utiliser un macérat huileux pour extraire la couleur ex : figue de barbarie et orange des eaux sage ,en vu de teindre des savons fait a chaud à la soude .
    Merci pour le temps que vous consacré à repondre aux débutantes.

    Reply
  46. caly

    Elisa le procede est detaille en fin d'article… Si vous souhaitez faire une plus grande quantite, il suffit juste de calculer.

    Reply
  47. Elisa

    Bonjour,

    Je viens de lire votre article sur les macérats huileux. Comme vous semblez bien vous y connaître pourriez-vous m'indiquer comment faire 2 litres de macérat huileux aux graines de fenouil.

    Je vous remercie par avance pour votre réponse.

    Cordialement,

    Elisa

    Reply
  48. ruddy

    Coucou Caly j'ai lu attentivement ton article et les commentaires, notamment l'article sur la fleur de mauve. Et j'aurais aimer savoir si il etait possible de faire un macerat huileux (huile de pepins de raisin) avec la fleur de mauve?

    Reply
  49. aise

    Caly,

    je vous remercie pour votre guide et vos commentaires sur mon "mauvais" vocabulaire utilisé. Je me défends du faite que je viens de commencer à apprendre ces choses :-);
    bàv

    Reply
  50. caly

    Aise bonjour tout d'abord vous n'êtes pas ici sur un forum mais un site web 🙂
    Si vous avez utilisé 40% d'alcool, je vous conseille d'ajouter un conservateur (cosgard) pour mieux conserver votre extraction.
    Vous n'avez pas réaliser un macérat qui est toujours sur une huile mais un extrait voir ici http://www.calybeauty.com/post/recette-teinture-mere-extrait-glycerine-extrait-hydro-alcoolique.aspx
    Vous trouverez toutes les réponses a vos questions dans le sujet ainsi que les durées recommandées.
    On peut tout a fait ouvrir le pot pour sentir un exrtait alcoolique.

    Reply
  51. aise

    Bjr,

    Je suis comme toutes celles qui ont commenté dans ce forum, une débutante en macération de végétaux. J'ai commencé par une macération de fleurs de coquelicot dans un mélange alcool/eau à raison de 40% et 60%. J'ai choisis comme support l'alcool et l'eau puisque les composants de la fleur de coquelicot sont plutot solubles dans leau/alcool que dans l'huile (plutot hydrophile). Je l'ai réalisé hier matin et dès le soir, les fleurs étaient complétement décolorées. La solution du macérat était rouge/rose peu trouble. ma question est comment comprendre le bon fonctionnement de la macération? Etant donné qu'il ne faut pas ourir le couvercle, on ne saura déterminer la validité du macérat sans sentir. Visuellement comment faire?
    Je vous remercie d'avance..

    Reply
  52. Jade

    Bonjour Caly,
    Je souhaite me lancer dans un macerat huileux de graines ce week end. Je souhaitais savoir si le bocal que je dois mettre au bain marie doit être fermé ? çà a l'air bête mais sur internet j'ai vu que je bocal était fermé et je me pose la question de la condensation dans le pot….
    Je te remercie (du coup je pensais faire chauffer de l'huile de jojoba mais grâce à tes explications je faire utiliser du caprylis). Merci !

    Reply
  53. mimi

    Pour la conservation, il est intéressant d'ajouter dans un flacon de 50ml, 2 gouttes d'huile essentielle de lavande fine ( attention,chémoptypée,et bio)
    L'huile de sésame est très instable; ainsi que l'huile de germe de blé. Ce sont des huiles qui "tournent" vite,même avec de l'huile essentielle de lavande.
    Merci pour vos articles,
    Myriam

    Reply
  54. Coco

    Bonjour! Merci pour ta réponse Caly. Je vais commencer par l'achillée millefeuille, il y en a à foison par ici 🙂 Bonne journée!

    Reply
  55. Coco

    Bonjour! chouette article:) je vais me lancer bientôt 🙂
    Sous quelle forme ajouter de la vitamine E?????
    D'avance merci!

    Reply
  56. caly

    onehundredsan les hv doivent etre choisies en fonction du type de peau et de cheveux ! Attention a choisir des huiles qui s'oxydent peu et de ne pas oublier de rajouter de la vitamine E.

    Reply
  57. onehundredsan

    et de manière générale, quelles HV pour quelles plantes ? car j'ai envie d'en faire d'autres !!!!

    Reply
  58. onehundredsan

    Chère Caly, merci pour cette mini d'informations, je m'éclate !
    j'ai peut-être raté la bonne ligne mais je n'ai pas lu l'info que je cherche, quelle HV pour quelle plante ?
    en effet, j'aimerais faire un macérat de rose mais l'HV tournesol est elle la meilleure pour réaliser ce macérat ? est ce une bonne idée d'y ajouter de la vanille ou une autre plante pour optimiser ou qui se marie bien?

    Reply
  59. Caly

    Elise vous pouvez faire un macérât à chaud, ce n'est pas forcement mieux mais plus rapide en tout cas 🙂

    Reply
  60. elise

    Bonjour, merci pour ce post explicatif! Je voulais vous poser une question: je souhaiterais faire un macérat d'orcanette, que j'ai achetée en poudre: vaut-il mieux la préparation à chaud? merci!

    Reply
  61. rey

    Merci. Vraiment merci d'une réponse aussi prompte. Votre site est bien fait, clair et très complet.
    Bonne journée.

    Reply
  62. Caly

    Rey pour trouver de la glycérine végétale, il vous suffit de cliquer en haut de mon site sur la banniere Aroma-Zone ! Celle qui est VEGETALE est obtenu naturellement lors de la saponification à froid.
    Elle agit en effet comme un solvant 🙂

    Reply
  63. rey

    Bonjour,
    J'ai décidé de me lancer dans la fabrication de macérat glycériné avec des bourgeons comme en gemmothérapie. J'aurai deux petites questions. La première est-ce que la glycérine est un solvant comme l'eau ou l'alcool vis à vis de certains composants du végétal? La seconde ou puis-je trouver cette glycérine végétale? J'ai déjà écumé les pharmacies mais, bien qu'elles en possèdent, elle sont incapables de me dire si elle est végétale ou non. Pour d'autre le terme glycérine est attachée automatiquement à l'industrie pétrochimique.
    J'attends avec impatience votre réponse. Vos articles ainsi que vos réponses me sont très précieux. Merci à vous.

    Reply
  64. Isabelle.C

    Bonjour Caly,

    Je voudrais savoir si il faut mettre tout de suite la vitamine E ou attendre la filtration pour les macerats?
    Je débute dans la fabrication des cosmétiques.

    Reply
  65. caly

    Fatima si le bain marie est tres doux il faudra au moins laisser le macérat pendant 4 heures. A faible chaleur et en sur dosant la vitamine E, je pense que vous pouvez y aller 😉

    L’huile la plus adaptée a votre peau je ne peux pas vous le dire puisque j’ignore votre type de peau… Les huiles plus stables et les plus indiquée sont l’huile de coco fractionnée et l’huile de jojoba pour faire des macérats.

    Pour connaitres les huiles dites fragiles, vous devez tout simplement vous renseignez sur leur temperature critique… point auquel l’huile s’oxyde quand on la chauffe.

    La jeune femme qui vous a renseigné devrait revoir sa copie ! Elle ne doit pas etre dans la recherche en labo ni meme tout simplement dans la formulation… Les grandes marques citées conservent toutes leurs préparations avec des parabens et cela n’a rien avoir avec la glycérine.

    En effet il ne faut jamais excéder un dosage de 6% dans un soin.

    Reply
  66. Fatima

    Bonsoir,

    Merci pour votre réponse rapide.

    Une précision concernant le macérat à chaud svp, si je mets de la vitamine E au moment du bain marie, est ce que l’huile de sésame peut faire l’affaire si le feu est très doux? Et combien je le garde sur un feu doux pour un effet optimal et dans le respect des caractéristiques de l’huile?

    et quelles sont les huiles végétales fragiles? L’huile de nigelle en fait-elle partie?
    sinon, laquelle me conseilleriez-vous (et qui serait la moins fragile et la plus adaptée pour la peau et les macérats)?

    A propos des consevateurs naturels,si je vous ai posé la question c’est que je connais une jeune fille qui travaille pour des grandes marques du type : Dior, Lancôme, sisley…..et elle m’a affirmé que le conservateur utilisé pour garder une crème 2 ans était la glycérine.
    J’ai fait des recherches sur le sujet et j’ai trouvé qu’il fallait un dosage entre 15 et 20 % pour obtenir une conservation du produit. Mais à ces taux là, il y a un risque que cela assèche la peau.

    Qu’en pensez-vous? et si on prenait l’initiative de mettre cette glycérine au taux indiqué et qu’en contre-partie, on mettait des agents très hydratants dans la crème, est ce que cela supprimerait ce risque de peau sèche?

    Désolée pour toutes ces questions,

    Merci encore,

    Fatima

    Reply
  67. caly

    Fatima en effet il faut prendre une huile non fragile et si vous tenez absolument a ne pas le faire ajouter de la vitamine E au moment du bain marie très doux mais plus longtemps.
    En cas de fleurs fraiches il vaut mieux filtrer rapidement apres avoir infuser (vous ne pouvez pas cumuler les deux méthodes)

    Aucun conservateur naturel ne peut permettre de conserver une creme 2 ans !
    Je vous recommande le benzyl alcohol dha qui est le plus performant du commerce, vous pouvez compter au mieux une conservation de 4 à 6 mois en fonction de la recette.

    Reply
  68. Fatima

    Bonsoir Caly,

    Je vous remercie pour vos conseils de beauté pour les fans de soins naturels…les autres ne savent pas ce qu’ils ratent, c’est passionnant !

    J’aurais une question concernant les macérats svp, j’ai fait un macérat de lys qui n’a pas fonctionné pour la simple raison que je l’ai fait à base de fleurs fraîches et que malgré les précautions pour enlever l’eau des fleurs et les sécher un peu avant usage, il a fermenté !

    Je ne savais pas que ça pouvait être le cas avec des fleurs fraîches…dommage!

    Je l’ai fait avec de l’huile végétale de sésame et j’ai appris aussi que c’était une huile fragile. Donc, si j’opte pour la méthode à chaud, je fais comment?

    D’autant plus que j’aime bien cette huile…que pensez-vous? Est ce qu’il y a une méthode pour préserver cette huile à chaud?

    Et si j’utilisais de l’huile d’argan? Elle est fragile aussi…et je tiens à faire la méthode à chaud avec le lys frais (je ne peux en avoir séché pour l’instant, indisponible au Maroc ).

    J’aurais voulu savoir aussi comment combiner les 2 méthodes de chaud et froid pour mes autres macérats de fleurs sechées svp?

    Une dernière question…j’en pose des questions !:)…..quel est le meilleur conservateur naturel pour une crème et qui serait susceptible de la faire conserver 2 ans?

    Je vous remercie infiniment,

    Bonne soirée,

    Fatima

    Reply
  69. carole

    Autant que j’aime la vanille,j’apprécie également la cannelle.
    Est-il possible de réaliser un macérat de cannelle?Ou serait-il préférable de le faire macérer dans de l’alcool ?( je préfère les macérats,j’en ai fait à la vanille de ta recette: terrible, l’odeur!!!);
    Merci pour tes réponses (je vais en avoir des questions,je débute dans le home made)

    Reply
  70. cherry chantilly

    ok!!! ben voui vu comme ça… mais là ils sont déjà dans leur "bain d’huile"…. c’est trop tard? je pense oui… (à moins que je ne les essore?!!! ) lol 🙂

    Reply
  71. cherry chantilly

    caly, pour le procédé à chaud, j’ai peur que les fruits ne cuisent, qu’ils deviennent compote, non??? rassure-moi………..

    Reply
  72. caly

    Cherry Chantilly : lol non pas du tout aucun soucis. Christine fait également ce macérat en méthode a chaud et en est très contente ;-);
    tu coupes les figues en morceaux, tu les séches au four 1h à 140°, et ensuite tu les mets en bain marie chaud, mais en fait c’est sur la position minimum de tes plaques… donc tout doux :-);

    Biz"

    Reply
  73. plume

    Alors en fait je voudrai essayer le macerat de vanille et celui de frangipanier, donc quelle huile végétale je dois choisir?
    J’ai une peau sèche et je voudrai essayer une crème visage et une pour le corps donc pour le corps je voulais mettre de HE ylang,?
    Bises

    Reply
  74. caly

    Plume : si tu as la peau seche tu peux utiliser de l’huile végétal d’argan, de camélia, de macadamia ou encore de rose musquée ;-);
    Le macadamia par exemple pénétre vraiment vite et a une odeur très douce donc adapté pour les macérats ! Si tu as la peau seche et que tu souhaites ajouter une h.e a tes cremes, tu peux prendre de l’huile essentielle d’ylang ylang ou meme en ajouter deux différentes. Regarde ici j’explique lesquelles sont adapatées : http://calybeauty.com/post/je-veux-ajouter-une-huile-essentielle-mais-laquelle.aspx

    Bisous

    Reply
  75. caly

    Plume : sois la bienvenue 😉 ici ! peux tu m’en dire plus stp tu parles d’huile essentielle la ? quel est ton type de peau et que souhaites tu réaliser exactement ?

    Je réponds toujours avec plaisir, alors n’hésite pas, je t’invite en revanche aussi a utiliser le moteur de recherche en haut a gauche du site, qui devrais dejà te fournir pas mal de réponses.

    Biz" & bon weekend

    Reply
  76. plume

    Salut
    Je suis tombée sur ton blog à partir de celui de fleurdylang. Super tes conseils, moi je ne me suis pas encore lancée, mais çà va venir; juste une question: quelles sont les huiles à utiliser de préférence pour ne pas se planter au début?J’habite en Guadeloupe et je serai tentée par l’ylang et le frangipanier, as-tu des conseils à me donner?

    Bravo pour ton blog, je sens que je vais t’embêter souvent avec mes questions.
    Bises

    Reply
  77. caly

    Angie bravo pour ces beaux macérats alors :-);
    Tu as utilisé quelle méthode pour la menthe ?

    Reply
  78. Angie

    bonjour! Hier j’ai tenter un macérat à la vanille/huile de sésame,également un à la menthe fraiche avec de l’huile de colza, j’ai regarder ce matin et celui à la menthe j’ai l’impression qu’il se "brouille" est-ce normale?

    merci!!!!!

    Reply
  79. Angie

    Alors j’ai mis mes feuilles de menthe fraiches dans un pot stérilisé et j’ai recouvert d’huile de colza bio…pour la vanille j’ai fait la même chose avec de l’huile de sésame.

    Faut que j’arrète de t’embeter avec toutes mes questions!

    Reply
  80. caly

    Angie pour la menthe fraiche je te conseille une macération "booster" a chaud !
    Rapide, efficace et sans risque de fermentation :-);
    Non tu ne m’embêtes pas… tu me fais penser a christine (une des coupines qui a un golden abonnement ici et me pose pas mal de question).

    Pour la vanille pas de soucis de fermentation par contre en méthode a chaud, tu vas avoir une huile bien odorante ;-);

    Biz"

    Reply
  81. Angie

    encore merci Caly, j’ai lancé le booster de mes macérats!
    youpi demain une petite crème qui sentira bon la vanille, yes!

    biseeeeeeeee

    Reply
  82. caly

    Angie, cela fait plaisir de sentir autant d’enthousiasme 🙂 c’est très agreable de te lire !

    Donne moi des demain des nouvelles de cette petite creme a la vanille !

    Grosses biz

    Reply
  83. jayasarah3

    Très intéressant, merci pour ces informations, très beau blog, même si je suis loin d’en avoir fait le tour.
    Denise.

    Reply
  84. caly

    Merci beaucoup Denise :-);
    Sois la bienvenue, et si tu as des questions, surtout n’hésite pas !

    Biz"

    Reply
  85. Vanessa

    Ayant tout juste réalisé un échange de bons procédés avec Christine, je viens de mettre en route trois macérâts: calendula (dans HV macadamia), lavande (dans HV macadamia + sésame) et achillée millefeuille (dans HV jojoba + sésame). On verra bien ce que ça donne pour ce dernier car je n’ai trouvé aucune trace à son sujet…

    Christine m’a dit que je pouvais aussi faire macérer ses coquelicots avec d’autres plantes, tu confirmes? (c’est pas que je te fais pas confiance Christine, hein!) J’aurais bien tenté avec calendula, mauve et peut-être lavande et bleuets…

    Reply
  86. caly

    Bonjour Vanessa, oui tu peux faire un macérat en ajoutant du coquelicot a d’autres plantes comme te l’a dit Chrsitine.
    Cependant je prefere l’utiliser en sirop et en teinture car il a d’excellentes vertus.

    Etant donné que Loux m’a posé des questions a ce sujet hier, j’en déduis qu’il y une mode du coquelicot ;-)en ce moment.

    Je vais de ce pas ajouter un petit focus sur cette belle plante !

    Biz @ toi et au plaisir de te lire a nouveau

    Reply
  87. caly

    L’achillée millefeuille a de mumtiples propriétés : antispasmodique qui lutte contre les spasmes musculaires, emménagogue qui stimulent le flux sanguin dans la région pelvienne et l’utérus, cicatrisant, tonique, peptique qui facilite la digestion !
    Elle peut donc etre utilisée en infusion, teinture,macérat, extrait liquide, et jus.

    Elle est comme le dit très justement Christrine, l’achillée est très recommandé pour soulager et apaiser les peaux irritées ;-);

    Voila les girls !

    Bizouilles et bons macérâts !

    Reply
  88. CHRISTINE

    L’achillée millefeuille a surtout des vertus cicatrisantes, Vanessa, je l’utilise dans les soins cicatrisants : baume pour petits bobos, érythème fessier (voir crème douceur de change by Caly, une merveille), cicatrices à effacer, en macérat ou en décoction. A confirmer par Docteur Caly, is’nt it?

    Reply
  89. Mélanie

    Comme d’hab’ ton article va figuré dans mes chouchous à imprimer et va rejoindre "mon livre des ombres" lol… Bon en vrai c’est un classeur 😉

    Reply
  90. christine

    Tu prèches une convertie, en plus j’ai les plantes sous la main!! Ton focus a le grand mérite de sa clartée, comme d’habitude! En plus, il regroupe beaucoup de plantes auxquelles on ne pense pas forcément Merci Calie

    Reply
  91. sev

    comme d’hab’, merci Caly pour ce super récap!!!

    dis moi, j’avais lu un truc sur le fait que la macération pouvait générer (c’est pas le mot mais bon) de la toxine botulique. ça m’a fait flipper.
    t’en pense quoi mzelle?

    j’ai essayé le macérat de mélisse, on verra bien.

    merci encore pour ta façon de faire passer les info!

    Reply
  92. Naïla

    j’ai lancé un macerat de vanille qui mijotte depuis 2 semaines, je suis impatiente de pouvoir l’utiliser, sinon j’ai envie d efaire un macerat de thé vert vu toutes les proprité de celui ci, mais bizarrement j’ai jamais vu qu’une oesmeteuse en faisait donc je me dis que peu etre les proprieté ne sont pas liposoluble dans ce cas il faudrait faire un macerat glyceriné non?

    Reply
  93. miss lollipop

    J’adore ton article, je vais me l’imprimer lol
    alors, ces vacances ? bisous

    Reply
  94. caly

    Naila, bravo pour ton macérat a la vanille ;-);
    N’hésites pas pour le thé vert, tu te sers uniquement des feuilles que tu peux faire macérer comme tout autre plante dans une huile de support !
    Tiens moi au courant

    Grosses bises

    Reply
  95. caly

    Je sais Christine… il doit y avoir pas mal de bocaux chez toi bien remplis ;-);
    cela fait vraiment plaisir de te lire a nouveau !

    Lolli jsuis contente que cela puisse te servir !

    Sev merci a toi pour tes com !
    Pour la toxine oui en effet cela peut arriver pour des macérats destinés a la cosméto comme pour des conserves alimentraires faites maison. Une hygiene irréprochable est le seule moyen pour ne pas s’y exposer. Voici quelques infos a ce sujer qui peuvent etre intéressantes pour toutes celles qui font beaucoup de Home Made.

    Le botulisme alimentaire a été souvent provoqué par des conserves faites à la maison et à faible teneur en acide, comme les asperges, les haricots verts, les betteraves et le maïs. Cependant, des épidémies de botulisme ont eu des sources moins courantes. D’autres origines de l’infection sont l’ail coupé mélangé à l’huile, les piments, les tomates, les pommes de terre cuites au four manipulées sans précaution et enveloppées de papier d’aluminium, le poisson en conserve préparé à la maison et le poisson fermenté. La fabrication de conserves domestiques devrait donc obéir à des précautions hygiéniques strictes pour éviter la contamination. L’ail ou les condiments mélangés à l’huile sont à garder au réfrigérateur. Les pommes de terre cuites au four et enveloppées de papier d’aluminium doivent être gardées chaudes jusqu’au moment de les servir ou conservées au réfrigérateur.

    Comme la toxine botulinique est détruite à haute température, il est plus sûr de faire bouillir pendant dix minutes les conserves préparées à la maison avant de les consommer. Les conserves peuvent révéler la présence de C. botulinum par un bombement extérieur caractéristique qui résulte d’une pression exercée à l’intérieur par les gaz que les bactéries rejettent comme déchets, le mieux est de jeter purement et simplement de telles conserves.

    Comme le miel, et les autres produits sucrés constituent un milieu idéal pour le développement du botulisme, il ne faut pas en donner aux nourrissons jusqu’à leur sevrage, c’est-à-dire jusqu’au moment où leurs sucs digestifs seront devenus trop acides pour permettre aux bactéries de se développer.

    Reply
  96. letis

    je suis fan des macerats de toutes sortes ,en ce moment ,se prepare des macerats de boutons de roses et centella asiatica

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *